Méditation pour le Samedi saint




Méditation pour le Samedi saint

Homélie du Père Christian de Chergé pour la Vigile pascale de 1994

Le martyre de l'espérance

 

Elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur !". Le mutisme et la peur ! Voici donc que l'Évangile leur accorde droit de cité. Mieux que cela, ils constituent, d'après les meilleurs témoins, les deux derniers mots de l'Évangile de Marc. Y aurait-il un mutisme et une peur évangéliques ? Capables d'évangéliser les nôtres ? Peut-être même de les rendre évangélisateurs ?

Reprenons le fil des événements. D'abord, elles ne manquaient pas de courage, ces femmes se hâtant vers le tombeau. Les voilà premières levées, pour un service qui aurait nécessité aussi quelques hommes : il y avait cette pierre à rouler. Or, eux, ils n'étaient pas encore là. Étonnant comme autour de ce corps qu'elles allaient embaumer, tout paraît commencer : le jour - c'est grand matin -, la semaine - c'est le premier jour -, le soleil - il se lève à peine -, les parfums, ils sortent du magasin -; c'est au premier regard qu'elles voient la pierre roulée ; elles sont encore sur le seuil . . . Et là, tout bascule. C'est le commencement absolu. Les voici "hors d'elles-mêmes", happées dans une expérience qui ressemble fort à celle des disciples lors de la Transfiguration. Le témoin vêtu de blanc a beau leur dire : "N'ayez pas peur !", puis : "Allez dire !", elles vont fuir, tremblantes, et c'est, au contraire, le mutisme et la peur. La peur de ce commencement absolu qui les a surprises au lieu même où tout semblait s'achever. Le sentiment confus qu'il ne s'agit pas d'un simple recommencement, même s'il vous "attend en Galilée", comme dans vos débuts avec lui, même s'il continue de "précéder" pour que vous puissiez continuer de marcher à sa suite.

Il a suffit que ce témoin venu d'ailleurs prenne la place du Crucifié pour qu'elles entrent, à corps perdu, dans cet au-delà de la mort qui va donner à leur foi la dimension de l'espérance : "Le Christ, notre espérance, ne meurt plus, sur lui la mort n'a plus aucun pouvoir". En lui, elles avaient cru . . . seulement, voilà, depuis trois jours il était mort. Elles venaient même embaumer son corps. Elles venaient embaumer leur foi en lui. Or il n'est plus là. Leur baume est sans objet. On n'embaume pas "Celui qui précède". On n'embaume pas l'espérance en marche; elle vous a saisis, mais elle reste devant, insaisissable. Celui qu'on espère, on ne le voit plus, même mort. En fait, c'était peut-être lui, le jeune homme vêtu de blanc ? C'est lui, et lui seul, qui peut mener notre espérance sur son orbite, simplement parce qu'il précède, en Galilée, et jusqu'aux extrémités du monde. Mais désormais, il n'est plus dans le monde, et ses témoins sentent bien qu'ils ne sont déjà plus de ce monde. Il leur faut rendre compte de cette espérance qui a passé la mort et vaincu le monde. Les voici "projetés hors d'eux-mêmes", vers l'inconnu qui traverse un tombeau vide, où la place est à prendre. Il faut mourir à soi, et sans un mot, car les mots manquent quand le Verbe n'est plus là pour les donner.

Il me semble que nous recevons là, aujourd'hui, comme un surcroît d'appel pour ce "martyre" qui nous est destiné, celui de l'espérance. Oh ! Il n'est ni glorieux, ni brillant. Il s'ajuste exactement à toutes les dimensions du quotidien. Il définit depuis toujours l'état monastique : le pas à pas, le goutte à goutte, le mot à mot, le coude à coude ; et cela qu'il faut recommencer, en vie régulière, chaque matin, encore dans la nuit, et cela qu'il faut continuer de ruminer, de corriger, de discerner, d'attendre surtout. Voilà bien le chemin par où il nous précède", "de commencement en commencement, par des commencements qui n'ont pas de fin", pour parler comme notre père, saint Grégoire de Nysse.


LIRE AUSSI...

Les antiennes ¬ę √Ē ¬Ľ du Magnificat du 17 au 23 d√©cembre

Les antiennes ¬ę √Ē ¬Ľ du Magnificat du 17 au 23 d√©cembre
Publié le Sam 16 Dec 2017

Les antiennes « Ô » du Magnificat du 17 au 23 décembre   Lors du retour de l’exil à Babylone, les juifs pieux récitaient chaque jour 18 antiennes primitives en rapport direct avec l’Histoire Sainte. Elles commençaient... Lire la suite >

La fête de la Croix glorieuse (14 septembre)

La fête de la Croix glorieuse (14 septembre)
Publié le Mer 13 Sep 2017

Pourquoi fêter la Croix glorieuse ?   L’historique de cette fête La fête de la Croix glorieuse rappelle deux fêtes distinctes, célébrées autrefois en des dates différentes : le 3 mai on célébrait l'Invention,... Lire la suite >

Obéissance

Publié le Ven 27 Jan 2017 | Source Monast√®re sainte Marie de Bouak√©

Article de Céline Hoyeau,  dans le journal « La Croix » du 27 janvier Obéissance et liberté dans la vie religieuse             Parmi les trois vœux que prononcent les religieux, celui... Lire la suite >

Myst√®re de No√ęl !

Myst√®re de No√ęl !
Publié le Ven 23 Dec 2016

  Bouaké, le vendredi 23 décembre 2016 Chers (es) amis (es), En cette veille de la Nativité de notre Seigneur, la communauté du Monastère Sainte-Marie est heureuse de venir vous rejoindre pour vous redire toute son affection et sa prière. Ce... Lire la suite >

¬ę Ne jamais d√©sesp√©rer de la mis√©ricorde de Dieu ¬Ľ RB 4,74

¬ę Ne jamais d√©sesp√©rer de la mis√©ricorde de Dieu ¬Ľ RB 4,74
Publié le Mar 13 Sep 2016 | Source http://www.taize.fr/fr_article19176.html

  « Ne jamais désespérer de la miséricorde de Dieu » RB 4,74 - Une lente « dilatation du cœur » RB Prologue 49-   f. Jean-Luc, Monastère bénédictin Sainte-Marie de Bouaké... Lire la suite >

Temps de l'Avent

Publié le Jeu 26 Nov 2015 | Source http://www.croire.com/Definitions/Fetes-religieuses/Avent/Avent-attendre-avec-Marie

  AVENT Avent : attendre avec Marie La grossesse de Marie éclaire la vie de l’Église. Une méditation du frère Patrick Prétot, bénédictin. Publié le 13 octobre 2015 sur le sitecroire.com.   L'Avent rappelle... Lire la suite >

Méditations sur la Toussaint (31 octobre 2015)

Publié le Sam 31 Oct 2015

  TEXTES DE MÉDITATION SUR LA TOUSSAINT     "Peuple de bienheureux, peuple de Dieu en marche…" La communion des saintstient une grande place dans les liturgies. Dès le Vème siècle, on a fait mémoire des... Lire la suite >