Troisième Semaine de Pâques... Méditation de l'Evangile du jour




Troisième Semaine de Pâques... Méditation de l'Evangile du jour

L'Evangile de chaque jour...

 

3èmedimanche de Pâques (A)

 

Comme ils parlaient ainsi, Jésus fut présent au milieu d'eux.          

Au début du récit des disciples d’Emmaüs, Jésus s’est approché au moment précis où les deux voyageurs parlaient de lui. Il y a là pour Luc une corrélation qui procède de l’idée selon laquelle on ne parle pas de Jésus en son absence, il advient dès qu’on parle de lui…Là où deux ou trois se trouvent réunis en mon nom, je suis au milieu d'eux (Mat 18,20). Ce matin, Jésus s’approche de nous, il est là au milieu de nous. Cette présence est source de vie, nous allons la manifester par le geste de l’aspersion.

 

 «La Paix soit avec vous ! »  : Jésus, ce matin,  nous donne sa paix. La Paix c’est le cadeau de Pâques,  c’est le don du Christ ressuscité.

Jésus ressuscité donne sa paix et les disciples sont effrayés, pourquoi ? 

 Il est intéressant de lire ce texte en parallèle avec Jn 20, 19-31 où trois fois, Jésus donne sa paix de ressuscité.

Chez Jean, les Apôtres ont verrouillé les portes de la maison,  ils étaient enfermés dans leurs peurs et dans l’angoisse que les Juifs ne les découvrent... Chez Luc, ils ont peur car ils croient voir un esprit. 

Le Christ ressuscité ne vient pas à nous comme un fantôme ou comme un esprit revenu du monde des morts, mais il vient avec les traces,  les signes, les symboles de son amour. La résurrection pas plus que l’Ascension ne supprime l’Incarnation... Le Verbe s’est fait chair,  Dieu s’est fait homme et cela pour l’éternité... Désormais et pour toujours,  un de la Trinité a un corps d’homme. Les Évangiles de la résurrection insistent sur le fait que le ressuscité de Pâques est le même que celui qui a été crucifié : c’est le même Jésus que les Apôtres ont connu sur les routes de Galilée, c’est le même Jésus qui est mort crucifié sur la colline du Golgotha,  c’est le même Jésus qui apparaît à nos yeux,  ressuscité. Sa présence physique ordinaire a pris fin, mais c’est le même Jésus. 

Pour rejoindre son Sauveur,  l’homme a besoin de rejoindre le Christ ressuscité en son humanité  :  Thomas touche les plaies du Christ ressuscité et déclare «Mon Seigneur et mon Dieu », c’est le plus bel acte de foi de tout le Nouveau Testament. Thomas touche le Christ dans ses plaies, dans son humanité livrée, et il reconnaît son Dieu. Chez Luc, Jésus prend et mange un morceau de poisson grillé afin de manifester qu’il est bien le même : Moi, je suis moi-même - egw eimi autoV - (Lc 24,39b). Jésus est ressuscité et comme tel, il se tient au milieu de nous, mais voir Jésus ressuscité ne suffit pas pour croire et pour être sauvé. La prédication de l’Église, du magistère, ne suffisent pas pour que l’homme d’aujourd’hui réalise que la résurrection du Christ le concerne et qu’elle est pour lui Évangile, Bonne Nouvelle ! … Dans l’Évangile de Luc, les apôtres voient Jésus ressuscité, ils le reconnaissent, ils sont joyeux de le revoir vivant, ils croient qu’il est vivant et pourtant dit le texte : ils restaient encore incrédules, ils étaient étonnés(Comme, dans leur joie, ils ne croyaient point encore, et qu'ils étaient dans l'étonnement, il leur dit: Avez-vous ici quelque chose à manger ? (Luc 24:41)). La foi que Jésus réclame des Apôtres ne porte donc pas seulement sur le fait de croire que Jésus est vivant mais sur le fait que le crucifié est ressuscité. Croire en la réalité actuelle de l’incarnation, en la réalité du corps du Christ ressuscité.

Seule cette rencontre avec l’humanité actuelle du Christ nous permettra de sortir de nos peurs et de nos craintes et nous fera goûter la joie de la résurrection, seule cette rencontre vécue au jour le jour nous habilitera pour aller rejoindre nos frères qui vivent dans la peur, dans l’angoisse, dans le péché. Pour vivre cette expérience, pour nourrir notre foi, le Christ ce matin vient partager avec nous sa lecture des Écritures et il nous en donne la clef: il y voit l’histoire d’un peuple traversé par la souffrance mais aussi inlassablement relevé, sauvé par son Dieu… Cette histoire ressemble à la sienne : Rappelez-vous les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : il fallait que s’accomplisse tout ce qui a été écrit de moi dans la Loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. Lire l’Histoire sainte avec le Christ, c’est accepter que nos vies ressemblent à la sienne, qu’elles soient elles  aussi traversées par la souffrance et par la mort, mais dans la certitude reçue de Dieu que notre vie et celle de nos frères a un avenir, celui du Corps du Christ, né de Marie… Lui, le Premier-né d’entre les morts. Nul n’est trop loin pour Dieu…

 

 

 

Lundi 3èmesemaine du Temps Pascal

Jn 6,22-29.

 

La quête du bonheur.

D’un sermon de saint Augustin.

 

Je le sais, mes frères, vous voulez tous vivre heureux. Mais, qu’est-ce qui fait le bonheur de l’homme ?

Tu cherches l’or, parce que tu penses que l’or te rendra heureux. Mais l’or ne rend pas heureux. 

Pourquoi veux-tu en ce monde une position élevée ? Parce que tu penses que l’estime des hommes et les fastes du monde te rendront heureux . Mais les fastes du monde ne rendent pas heureux… Pourquoi chercher le mensonge ?

Qu’est-ce donc qui te rendra heureux ? Si tu le veux, je vais te montrer comment être heureux ; suis bien.

Le Christ est venu vers nos misères : il a eu faim, il a eu soif, il s’est fatigué, il a dormi, il a fait des miracles, il a enduré la souffrance, a été flagellé, couronné d’épines, couvert de crachats, souffleté, il a été fixé au bois, blessé par la lance, déposé au tombeau ; mais ressuscitant le troisième jour, finie la souffrance, morte la mort ! (…)

Le Christ t’a invité à sa table magnifique, où il est lui-même le pain. Descendant chez toi, et trouvant le malheur dans ta pauvre maison, il n’a pas dédaigné de s’asseoir à ta table, telle qu’elle était et il t’a promis la sienne (…).

Voyez où je vous invite : à l’amitié du Père, et de l’Esprit Saint, à un repas éternel, à mon amitié fraternelle ; enfin, je vous invite à moi-même, à ma propre vie.

 

In Lectures pour le temps pascal, Cerf, 1971, p. 35-36.

 

 

 

Mardi 3èmesemaine du Temps pascal

Jn 6,30-35.

 

Je suis le pain de vie.

D’une homélie de saint Jean Chrysostome.

 

 

Veux-tu honorer le Corps du Christ ? Ne commence pas par le mépriser quand il est nu. Ne l’honore pas ici avec des étoffes de soie, pour le négliger dehors où il souffre du froid et de la nudité. Car celui qui a dit : Ceci est mon corps, est le même qui a dit : Vous m’avez vu affamé et vous ne m’avez pas nourri

Quelle utilité à ce que la table du Christ soit chargée de coupes d’or, quand lui meurt de faim ? Rassasie d’abord l’affamé et orne ensuite sa table.

Tu fabriques une coupe d’or et tu ne donnes pas une coupe d’eau. En ornant sa maison, veille à ne pas mépriser ton frère affligé : car ce temple-ci est plus précieux que celui-là…

Qui pratique l’aumône exerce une fonction de prêtre. Tu veux voir ton autel ? Cet autel est constitué par les propres membres du Christ. Et le Corps du Seigneur devient pour toi un autel. Vénère-le. Il est plus auguste que l’autel de pierre où tu célèbres le saint Sacrifice… 

Et toi, tu honores l’autel qui reçois le Corps du Christ et tu méprises celui qui est le Corps du Christ. Cet autel-là, partout il t’est possible de le contempler, dans les rues et sur les places ; et à tout heure tu peux y célébrer ta liturgie.

 

In Lectures pour le temps pascal, Cerf, 1971, page 41-42.

 

 

 

Mercredi 3èmesemaine de Pâques.

Jn 6,35 – 40.

 

 

Nul ne peut venir à moi si le Père qui m’a envoyé ne l’attire et moi je le ressusciterai au dernier jour.

Lorsque je serai élevé de terre, j’attirerai tous les hommes à moi.

Si nous sommes ici ce matin, c’est parce que le Père et le Fils nous attirent. Notre rassemblement a une origine trinitaire, mais aussi notre propre vie spirituelle, notre propre désir de Dieu.

Nous sommes dans la main du Christ, nos vies sont peut-être un peu tordues, notre désir spirituel un peu émoussé, l’amour du Christ pour nous demeure. Notre vocation est plus forte que notre péché : nous sommes donnés au Christ par le Père afin que dans cette rencontre du Christ nous découvrions la vie. Nos faims et nos soifs humaines sont apaisées dans cette rencontre du Christ… La source de cet apaisement, c’est la découverte de son amour : qui que nous soyons, le Christ ne nous jettera pas dehors… Ce matin, le Christ attend de nous une seule chose que nous remettions dans la confiance et dans la foi, entre ses mains, notre désir de vivre, notre amour de la vie de ne pas avoir peur, de se dessaisir de notre habitude à vouloir nous protéger … car Jésus est la vie.

Je vous propose de réécouter quelques extraits du Prologue de la Règle : 

Le Seigneur cherche pour lui un ouvrier, c'est pourquoi il lance cet appel à la foule. 

« Qui veut la vie ? Qui désire le bonheur ? » (Psaume 33, 13). 

Si tu entends cet appel et si tu réponds : « Moi », Dieu te dit : « Est-ce que tu veux la vraie vie, la vie avec Dieu pour toujours ? 

Frères bien-aimés, qu'elle est douce cette voix du Seigneur qui nous invite !

Voyez : dans sa tendresse, le Seigneur nous montre le chemin de la vie (Psaume 15, 10).

 

 

Jeudi 3èmesemaine de Pâques.

Jn 6,35-40.

 

Moi je suis le pain de la vie.

De saint Irénée de Lyon.

 

Quand ce pain et ce vin reçoivent la Parole de Dieu, ils deviennent l’eucharistie, c’est-à-dire le Corps et le Sang du Christ. 

De la même façon, quand nous mourons, on met nos corps dans la terre et ils pourrissent. Ces corps qui ont été nourris pas l’eucharistie, se lèveront au moment fixé. 

Cela arrivera quand le Christ, la Parole de Dieu, leur donnera de se réveiller de la mort pour la gloire de Dieu le Père. En effet, le Fils donnera la vie pour toujours à ce qui meurt. Et il donnera la vie de Dieu à ce qui pourrit dans la terre. Oui, la puissance de Dieu se montre dans ce qui est faible.

Alors attention ! La vie ne vient pas de nous. C’est pourquoi nous ne devons pas nous gonfler d’orgueil. Nous ne devons pas penser, en oubliant ce que Dieu nous a donné en nous disant que nous sommes plus grands que Dieu. 

Au contraire, nous le savons par expérience, Dieu est grand, et c’est lui qui nous donne la vie pour toujours. Ce n’est pas nous. 

Alors, nous garderons la vérité sur Dieu et nous reconnaîtrons que nous sommes faibles. Nous le saurons : Dieu possède une grande puissance, et nous recevons de lui de grands bienfaits.

 

In Parole de Dieu, Langage des Hommes, tome 1, page 112.

 

 

Vendredi 3èmesemaine de Pâques.

Jn 6,52-59.

 

Recevoir l’eucharistie, c’est accepter de vivre par le Christ, de recevoir sa vie de lui et de comprendre la vie et le monde à la lumière du Christ. Saint Jean met sur les lèvres du Christ la demande de manger sa chair et de boire son sang, c’est-à-dire très concrètement de faire passer en nos vies ce corps livré pour nous et ce sang versé pour nous… L’important ici est le pour nous. Les disciples d’Emmaüs ont reconnu Jésus à la fraction du pain car le pain rompu exprime dans l’Église pour tous les temps et pour tous les lieux que Dieu nous aime… et nous ne connaissons Jésus que dans la reconnaissance de son amour pour nous.

La présence réelle dans l’Eucharistie est à rattacher à cette révélation de l’amour de Dieu car même si le Christ est réellement présent dans l’Eucharistie indépendamment de notre foi ; c’est la découverte de l’amour de Dieu dans l’eucharistie qui permet de prendre conscience de la force de cette présence. Que le Christ pour dire sa présence au milieu de nous ait choisi le langage du pain partagé et du vin versé voilà qui éclaire le sens de cette présence : elle est source de vie.

En faisant de nos vies un service pour nos frères, en devenant à notre tour pain rompu, nous demeurons en présence du Christ, nous ne nous séparons pas de lui, notre prière est ainsi continuelle et nous devenons à notre tour corps du Christ ; mais cela n’est possible que si nous recevons notre vie du Christ.

 

 

Samedi 3èmesemaine de Pâques.

Jn 6,60-69.

 

Les Douze n’ont pas compris davantage que les autres disciples le langage de Jésus sur la fécondité de sa vie livrée – la suite de l’Évangile le montrera – mais ils restent avec lui car dit Pierre : A qui irions-nous ? Tu as les Paroles de la vie éternelle.

Demeurer avec le Christ, rester avec lui, en raison de son incapacité à faire autre chose peut apparaître comme un refuge peu glorieux, et l’on comprend que la religion soit perçue comme étant l’opium du peuple. 

Et pourtant, avoir fait l’expérience que seul le Christ a les Paroles de la vie éternelle suppose avoir découvert deux choses : tout d’abord que rien ni personne ne pourra remplir son existence ce qui suppose forcément l’expérience de l’échec, et ensuite la conscience que l’on ne peut pas s’en sortir tout seul, que l’on a besoin d’être sauvé.

Il y a là le fondement, la pierre angulaire de la fidélité de l'homme au Christ… Même si le chemin de Pierre a été tordu, même si Pierre a renié le Christ, le vendredi saint, il ne comprend rien, mais il est là dans la cour du grand-prêtre, où pouvait-il être ? Avec qui d’autre pouvait-il passer cette journée ?

De cet homme fragile, Jésus fera le chef des Apôtres… Notre pauvreté en ce qu’elle nous ouvre à la confiance permet au Christ est le lieu de notre enracinement et peut-être bien aussi de notre dynamisme.

 

 

 


LIRE AUSSI...

Homélie 18ème dimanche du Temps Ordinaire (Année A)

Homélie 18ème dimanche du Temps Ordinaire (Année A)
Publié le Dim 02 Aou 2020

   Ce passage de l'évangile suit immédiatement celui que nous avons entendu hier où Hérode fait assassiner Jean-Baptiste au cours du repas qu'il donnait pour son anniversaire, à la suite de la danse de sa nièce Salomé, fille d'Hérodiade... Lire la suite >

Homélie du Sacré-Coeur (A)

Homélie du Sacré-Coeur (A)
Publié le Ven 19 Juin 2020

Homélie du Sacré Cœur  Année A   Pour nous parler du Cœur de Jésus, pour nous parler du centre absolu de l’univers créé, du plus important, du plus vital du monde, le Deutéronome et l’Evangile nous renvoient... Lire la suite >

Homélie de Pentecôte (Année A)

Homélie de Pentecôte (Année A)
Publié le Dim 31 Mai 2020

Homélie de Pentecôte Année A   Introduction. Frères et sœurs, nous arrivons aujourd’hui au terme de la Cinquantaine pascale, mais aussi à son sommet.  La solennité de Pentecôte est un peu comme quelqu’un... Lire la suite >

Méditations 6ème Semaine du Temps Pascal - Evangile du jour

Méditations 6ème Semaine du Temps Pascal - Evangile du jour
Publié le Sam 16 Mai 2020

6èmeSemaine du Temps pascal - Méditations sur l’Evangile du jour   6ème dimanche de Pâques – Année A. Ac 8,5-8.14-17; 1P 3,15-18; Jn 14,15-21 Cet Évangile s’adresse à un petit groupe de disciples que Jésus... Lire la suite >

Méditations 5ème Semaine du Temps Pascal - Evangile du jour

Méditations 5ème Semaine du Temps Pascal - Evangile du jour
Publié le Mer 13 Mai 2020

Méditations 5èmesemaine du Temps Pascal     Homélie du 5èmedimanche de Pâques - Année A.  Évangile : Jn 14, 1-12.    Les disciples sont bouleversés par la mort et le départ prochain... Lire la suite >

Quatrième Semaine du Temps pascal... Méditations de l'Evangile du jour

Quatrième Semaine du Temps pascal... Méditations de l'Evangile du jour
Publié le Lun 04 Mai 2020

Homélie du 4èmedimanche de Pâques - Année A.   Évangile  : Jn 10, 1-10.  Bonjour mes frères. Vous vous souvenez peut-être que tout au début de l’Évangile de Jean, au chapitre 2,  Jésus ... Lire la suite >

Seconde Semaine de Pâques... Méditation de l'Evangile du jour

Seconde Semaine de Pâques... Méditation de l'Evangile du jour
Publié le Sam 18 Avr 2020

Commentaires de l’Evangile  de la 2èmeSemaine du Temps Pascal   2èmedimanche de Pâques. Années A & B & C. Jn 20, 19-31.   Il touche l’homme, il reconnaît Dieu ! Du Traité de saint Augustin... Lire la suite >

Octave de Pâques... Méditation de l'Evangile du jour

Octave de Pâques... Méditation de l'Evangile du jour
Publié le Dim 12 Avr 2020

Lundi de Pâques  Mat 28, 8-15 D’une Homélie du pape François « Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Réjouissez-vous »    « Béni soit celui qui vient, le Roi, au nom du Seigneur.... Lire la suite >

Pâques 2020 (A)

Pâques 2020 (A)
Publié le Sam 11 Avr 2020

Dimanche de Pâques (A)   Entrée Voici les premiers mots que le pape François adressait aux jeunes dans son exhortation Christus vivit :  « Il vit, le Christ, notre espérance et il est la plus belle jeunesse de ce monde. Tout... Lire la suite >

Vigile pascale 2020 (A)

Vigile pascale 2020 (A)
Publié le Sam 11 Avr 2020

Vigile pascale Matthieu 28,1-10   Nos nuits de passage   Frères, nous sommes au cœur d'une célébration qui se situe en pleine nuit - une vraie “vigile”, donc –  au cours du passage des ténèbres ... Lire la suite >